« A quoi sert un député des Français de l’étranger? » Ma tribune du 3.02.17

Je vous invite à lire ce point de vue sur le rôle et l’utilité des députés des Français de l’étranger.

Il m’arrive souvent de rencontrer au cours de cette campagne des Français établis dans les différents pays de la circonscription qui s’interrogent sur l’utilité d’élire leur propre député. Les arguments sont nombreux pour critiquer ce mandat qui était une promesse du candidat Nicolas Sarkozy en 2007 et qui a vu le jour pour la première fois lors des élections législatives de juin 2012: le caractère ingérable de la circonscription (16 pays couvrant la moitié du continent européen pour la seule 7ème circonscription) qui induit une absence de proximité entre l’élu et ses électeurs, l’existence d’autres élus représentant les Français de l’étranger (conseillers consulaires, sénateurs…), le coût de la mesure…

Et pourtant, à condition qu’il exerce bien son mandat, le député des Français de l’étranger est en mesure d’assurer des missions utiles à l’intérêt général et à la collectivité.

Tout d’abord, conformément à la Constitution, le député représentant les Français établis hors de France est  l’élu de la Nation et se doit à ce titre de contribuer à l’élaboration de la loi.

Les 3 millions de compatriotes résidant à l’étranger représentent aujourd’hui 5% de la population française et alors même qu’ils ne peuvent agir en groupe de pression (on imagine mal une manifestation de Français de l’étranger devant Bercy), ils sont de plus en plus impactés par des mesures législatives ou réglementaires prises sans que l’on se soucie de l’impact que lesdites mesures peuvent avoir sur leur vie courante. A titre d’exemple, le gouvernement socialiste a décidé de proroger la durée de validité de la carte d’identité de 10 à 15 ans sans penser aux conséquences qu’aurait cette mesure sur la vie quotidienne des Français vivant dans des pays qui ne sont pas informés ou ne reconnaissent pas cette mesure. C’est aux parlementaires les représentant qu’il revient d’être vigilants pour éviter la mise en œuvre de telles mesures ou de jouer leur rôle d’alerte pour que des aménagements soient trouvés.

Les députés des Français de l’étranger ont par ailleurs une valeur ajoutée par rapport à leurs collègues siégeant à l’assemblée nationale. Ils doivent être normalement de bons connaisseurs des pays de leur circonscription. A ce titre, ils devraient être en mesure d’une part de relayer les bonnes pratiques mises en œuvre dans lesdits pays qui pourraient inspirer la loi française, et d’autre part ils ont un rôle incontournable à jouer dans le cadre d’une diplomatie parlementaire raisonnée pour faciliter les relations entre la France et les pays de sa circonscription. Cela suppose naturellement d’être en prise directe avec ces pays, de les comprendre et d’entretenir des relations de confiance avec les dirigeants politiques et la société civile.

Institution jeune, les députés des Français établis hors de France doivent encore faire la preuve de leur utilité. Ils tireront enfin leur légitimité d’un vote incontestable et à ce titre, je forme des voeux pour que la participation à l’élection législative des 4 et 18 juin prochains soit la plus élevée possible.