« Qui représente les Français de l’étranger ? » Ma tribune du 18.12.16

On estime à près de 3 millions le nombre de nos compatriotes établis hors de France et leur nombre augmente d’environ 2 à 3% chaque année. 1,7 millions d’entre eux sont inscrits sur la liste électorale consulaire(LEC).

L’inscription sur la LEC n’est pas obligatoire et est désormais disjointe de l’inscription au registre qui est elle-aussi facultative et qui permet aux services consulaires de l’ambassade de répertorier les Français résidant dans un pays afin de faciliter leurs démarches durant leur séjour (établissements de documents d’identité, suivi en cas de catastrophe naturelle ou de crise politique locale…)

Les Français de l’étranger sont représentés par différents élus:

1. Tous les Français de l’étranger inscrits sur une liste électorale consulaire peuvent participer à l’élection de  443 conseillers consulaires dans 130 circonscriptions consulaires. Ils sont élus pour 6 ans, la dernière élection a eu lieu en mai 2014. Parmi ces 443 conseillers consulaires, 90 sont élus au suffrage indirect et siègent à l’Assemblée des Français de l’étranger (AFE)

Les Conseillers consulaires sont les interlocuteurs des services de l’ambassade au quotidien et relaient les préoccupations de leurs ressortissants. Ils participent avec quelques personnalités qualifiées au Conseil consulaire qui sous la présidence de l’ambassadeur formule des avis sur toutes les questions qui concernent les Français de la circonscription dans les domaines de la culture, de l’éducation mais aussi sur les sujets économiques et sociaux.

Les Conseillers qui siègent à l’AFE sont les interlocuteurs du gouvernement sur la situation des Français établis hors de France et les politiques les concernant. L’AFE siège au minimum deux fois par an en plénière. Elle émet des avis, études, résolutions et motions débattus et adoptés dans les 6 commissions et en assemblée plénière qui peuvent ensuite être repris par le gouvernement ou les parlementaires (députés et sénateurs) sous la forme de projets, de propositions ou d’amendements de loi.

2. les Sénateurs des Français de l’étranger sont élus pour 6 ans avec un renouvellement par moitié tous les 3 ans au suffrage indirect par le collège des grands électeurs. Les 443 conseillers consulaires,  68 délégués consulaires désignés proportionnellement à la population de chaque circonscription, les 12 sénateurs des Français de l’étranger et les 11 députés des Français établis hors de France forment le collège des grands électeurs qui élit les sénateurs des Français de l’étranger. Leur circonscription est le monde entier. Ils interviennent dans le travail parlementaire comme les autres sénateurs. Le prochain renouvellement aura lieu en septembre 2017.

3. Les députés des Français établis hors de France sont élus pour 5 ans au suffrage universel direct par tous les Français inscrits sur la liste électorale consulaire dans le cadre de 11 circonscriptions découpées en fonction de la population (en moyenne une circonscription compte environ 100 à 120.000 électeurs. Ils participent au travail parlementaire au même titre que les autres députés et ont l’initiative des lois dans tous les domaines qui concernent la vie des Français de l’étranger. Les prochaines élections législatives auront lieu les 4 et 18 juin 2017.

Les relations entre les associations représentant les Français de l’étranger et les différents élus sont très étroites. S’agissant de l’Union des Français de l’étranger, son conseil d’administration reflète cette collaboration puisque presque tous les parlementaires de droite et du centre ainsi que plusieurs conseillers auprès de l’AFE en sont membres. Cette proximité permet à l’UFE de faire valoir les intérêts des Français de l’étranger dans le travail parlementaire. La même endogamie a lieu au niveau local puisque très souvent les conseillers consulaires exercent des fonctions dans la gouvernance des UFE locales. Cette relation est particulièrement importante pour s’assurer en permanence que les décisions prises au niveau gouvernemental et parlementaire ne le sont pas en méconnaissance de la réalité des préoccupations de nos compatriotes Français de l’étranger.