Immigration du travail des Français en Allemagne : immigration choisie ou immigration subie ?

Le Sénat de Berlin vient de lancer une enquête dont l’objectif est d’améliorer l’intégration des migrants sur le marché de la formation et du travail de la capitale allemande. Le projet concerne les nouveaux migrants venus de Pologne, Roumanie, Bulgarie et France. La fiche descriptive explique le choix de ces pays qui constituent aujourd’hui les principaux viviers d’origine des nouveaux travailleurs migrants présents à Berlin.

Cette démarche interpelle à plus d’un titre.

Tout d’abord, elle confirme le fait que l’Allemagne assume son statut de pays d’immigration et l’existence même de ce questionnaire confirme le souci de ce pays d’intégrer au mieux ces migrants. La lecture du document est très instructive sur la volonté des autorités allemandes d’organiser cette migration. Les intéressés sont par exemple invités à se positionner sur l’affirmation suivante : « Je peux m’imaginer vivre dans une petite ville allemande si les chances d’y trouver un emploi correspondant à mes qualifications étaient plus grandes ». Cette question met en exergue l’attractivité de Berlin qui s’est développée au cours de la dernière décennie, en particulier pour les étudiants et les jeunes actifs.

Par ailleurs, elle valide le fait que la France est devenue un pays d’émigration au cours des dernières années au même titre que les pays d’Europe centrale et orientale. La lecture du questionnaire est très éclairante. Les questions posées aux migrants sur les raisons qui les ont poussés à venir à Berlin ne souffrent d’aucune ambiguïté. Les migrants sont en effet invités à choisir entre autres, entre les réponses suivantes :

  • Je suis parti en raison de la mauvaise situation économique dans mon pays,
  • J’étais insatisfait de la situation politique dans mon pays d’origine,
  • J’ai quitté mon pays d’origine parce que je ne trouvais pas d’emploi,
  • Je pensais que le système éducatif en Allemagne était mieux adapté à mes besoins que dans mon pays d’origine…

Le questionnaire ayant vocation à améliorer l’intégration des migrants sur le marché du travail berlinois, il est normal qu’il pointe les difficultés rencontrées par les intéressés en Allemagne : validation des diplômes ou des formations compliquée, barrière de la langue et différences culturelles handicapantes….

Pour conclure, s’il faut se réjouir du fait que la mobilité des travailleurs soit devenue une réalité dans l’espace européen, on ne peut que regretter que ces migrations soient souvent pour nos compatriotes français la seule alternative au chômage de masse qui règne dans notre pays. Les résultats de ce questionnaire seront rendus publics et apporteront sans nul doute des informations très instructives sur la façon dont les Français vivent leur intégration dans la capitale allemande.

Si vous souhaitez découvrir l’enquête, vous pouvez cliquer sur le lien suivant :

Enquête du Sénat de Berlin sur l’intégration et l’emploi des Français