Réforme du collège: Non à la disparition programmée de l’allemand !

Najat Vallaud Belkacem doit renoncer à supprimer les classes bilangues. Parce que ce sont ces mêmes classes bilangues qui ont permis d’enrayer la chute de l’apprentissage de l’allemand en France. Parce que les supprimer est un non-sens politique, économique, culturel, diplomatique et une insulte à l’amitié franco-allemande.

En 20 ans, la part des élèves qui apprend l’allemand dans le second degré a baissé de plus d’un tiers : quand un quart des élèves l’étudiait en 1995, ils ne sont plus que 15% en 2014, soit une chute de près de 500 000 élèves.

Dans le même temps, la part d’élèves étudiant l’espagnol est passée d’un peu plus du quart en 1995 à près de la moitié des élèves en 2014.

Préoccupé par ce constat, le Conseil des ministres franco-allemand qui s’est tenu à l’occasion du 50ème anniversaire du traité de l’Elysée le 22 janvier 2013 à Berlin a rappelé la priorité stratégique donnée par chaque pays à l’apprentissage de la langue du partenaire :

« Nous réaffirmons l’importance majeure de l’apprentissage de la langue du partenaire, au bénéfice d‘une meilleure compréhension et du rapprochement de nos sociétés. (…). Nous soutenons l’accès à la langue du partenaire dès le plus jeune âge, dans le cadre notamment des maternelles bilingues, mais également dans les établissements d’enseignement supérieur, ainsi que dans les lycées et centres de formation technique, professionnelle et d’apprentissage. Nous soulignons par ailleurs le rôle majeur des filières bilingues de l’enseignement général, et plus particulièrement des sections Abibac et examineront les possibilités de les développer dans les autres types de formations initiales, notamment sous la forme d’un cursus Abibac à vocation technologique et/ou professionnelle. »

Lire la Suite